ACTUALITE

 

1er décembre 2016 de 10h à 17h30 - Journée Mondiale de Lutte contre le SIDA/VIH

 

Journée Mondiale
de Lutte contre le VIH/sida
au CASH de Nanterre

 

À l’accueil de l’hôpital, un stand sera animé par des professionnels
de Santé du service de Médecine interne/Maladies Infectieuses

 

   

Jeudi 15 Octobre 2015, semaine mondiale de l’allaitement maternel

 

Le jeudi 15 Octobre 2015, dans le cadre de la semaine mondiale de l’allaitement maternel, la maternité organise une journée d’information et des ateliers sur le thème « Allaiter et travailler ». L’équipe sera présente pour répondre à vos questions et vous informer sur vos droits.

 

Les ateliers du 15 Octobre:


10h : « Allaitement maternel, travail et séparation » en présence du Dr ROUSSEL, pharmacien.
11h : « Allaiter mon enfant qui grandit » (gérer l’entrée en crèche, la famille…)

14h : « Allaitement maternel, travail et séparation »
15h : « Allaiter mon enfant qui grandit » (gérer l’entrée en crèche, la famille…) en présence de Mme LIARD, directrice de crèche.

 

 

Signature d’un accord-cadre de partenariat entre l’AP-HP – Hôpital Louis-Mourier et le Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers de Nanterre (CASH)

 

Un accord-cadre de partenariat entre le CASH de Nanterre et l’hôpital Louis-Mourier de l’AP-HP a été signé le 5 décembre 2014 par Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP et Bernard Boucault, Préfet de Police de Paris, marquant ainsi leur volonté commune de construire sous l’égide de l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France un véritable projet de santé territorial public cohérent et coordonné au sein du département des Hauts-de -Seine.


Une offre de soins hospitalière publique redessinée sur le territoire des Hauts-de-Seine


L’accord-cadre de partenariat est l’aboutissement d’une coopération engagée de longue date entre les deux hôpitaux qui constituent une composante essentielle de l’offre hospitalière de leur territoire au Nord de la Seine, dans le périmètre des communes de Colombes, de Nanterre et avoisinantes (Hauts-de-Seine). Un syndicat inter-hospitalier porte déjà pour ces deux hôpitaux les autorisations de soins de suite et de réadaptation, d’urgences et d’IRM.
Cet accord-cadre comprend des dispositions visant à rapprocher les deux hôpitaux dans une perspective de complémentarité et de réciprocité des filières de soins, pour dessiner les contours d’un projet médical de territoire élaboré en pleine cohérence avec le Schéma Régional d’Organisation des Soins. Il vise également à renforcer leur attractivité.
Il constitue un cadre général qui fixe des objectifs communs :
- constituer un pôle hospitalier public de santé, cohérent et coordonné répondant aux besoins de santé de son territoire,
- organiser une complémentarité des activités médicales respectives, lisible par les autres intervenants de santé régionaux,
- développer une stratégie commune de fidélisation de la patientèle,
- renforcer l’attractivité des deux hôpitaux, gage d’efficience médico-économique.
L’offre hospitalière publique ainsi constituée s’organise autour de parcours de soins d’urgence et intensifs, d’anesthésie-réanimation, de médecine (cardiologie, diabétologie, endocrinologie, gastroentérologie, médecine interne, cancérologie et pneumologie), de chirurgie en hospitalisation complète et en ambulatoire (digestif, gynécologie, odontologie, ophtalmologie, ORL, orthopédie, urologie), d’obstétrique, de gériatrie et d’un plateau médico-technique.


Des principes affichés de coopération


Plusieurs lignes directrices animent cette coopération : la répartition harmonieuse des activités médicales des deux hôpitaux et la prise en charge coordonnée du patient au sein d’un parcours de soin de qualité, le développement d’activités médicales et médico-techniques spécifiques, de pratiques soignantes innovantes et l’organisation de nouveaux modes de prise en charge transversaux. Il revient aux hôpitaux de déployer ces collaborations. L’intégration progressive des activités médicales de l’un ou de l’autre hôpital s’effectuera selon des modalités à préciser pour chacune des disciplines concernées. Un accompagnement individuel personnalisé des professionnels sera conduit dans les deux hôpitaux.
Les parties signataires se réuniront dans le cadre d’un comité de pilotage chargé du suivi du développement de cette coopération territoriale.


A propos de l'hôpital Louis-Mourier & du Centre d'Accueil et de Soins Hospitaliers de Nanterre


- L’hôpital Louis-Mourier est l’un des 5 établissements du groupe hospitalier des Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine (AP-HP) qui regroupe Beaujon, Bichat – Claude- Bernard, Bretonneau et Charles-Richet. Situé à Colombes (92), Louis-Mourier est un hôpital universitaire de référence et de proximité qui assure des soins de médecine (cancérologie, gériatrie, hépato-gastro-entérologie, médecine interne et maladies infectieuses, pédiatrie, réanimation), de chirurgie (digestive et de l’obésité, gynécologique) d’obstétrique (MCO), de psychiatrie-addictologie, de suite et de réadaptation, de gérontologie et d’odontologie. Il exerce aussi une activité importante de prise en charge des urgences adultes, pédiatriques, gynéco-obstétriques et d’odontologie (dentaires), et propose une offre de consultations spécialisées.
Doté d’un plateau technique complet (imagerie médicale, laboratoires, explorations fonctionnelles), l’hôpital est rattaché à l’Université Paris 7 Denis Diderot.
Louis-Mourier en chiffres : 502 lits et 24 places de jour, 26 000 hospitalisations en MCO, 62 500 urgences, 3 200 naissances, 160 200 consultations, 1 IRM ouverte commune avec le CASH, 1 scanner.
Les effectifs : 1 815 professionnels dont 416 médecins.


- Le Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers de Nanterre est un établissement public de la ville de Paris à caractère social et sanitaire. Etablissement spécifique à double vocation à la fois hôpital et établissement social, de par son statut législatif, il s’est vu confié une triple mission : L’accueil, la réadaptation sociale et l’hébergement des personnes sans abri, orientées par le Préfet de Police de Paris, Le service public hospitalier, L’hébergement et le soin des personnes âgées et handicapées qui y résident. Sa capacité d’accueil se répartit ainsi : 188 lits et places MCO – 39 lits de soins de suite – 59 lits et places de psychiatrie – 236 lits d’EHPAD – 606 places sur le pôle social. Hôpital de proximité, le CASH de Nanterre assure les disciplines médicales suivantes : cardiologie, pneumologie, diabétologie, endocrinologie, gastro-entérologie, médecine interne, chirurgicale (orthopédie, ORL, ophtalmologie, urologie, odontologie). Il est également un pôle à vocation régionale comportant un hébergement d’urgence de nuit, des CHRS, une prise en charge médico-sociale articulée avec le SIAO 92. L’hôpital dispose d’un plateau technique complet : laboratoire d’analyse médicale, service d’imagerie doté d’un scanner, IRM co-utilisé avec l’hôpital Louis-Mourier.
Le CASH de Nanterre en chiffres : 15 800 séjours sur le pôle hospitalier, 38 000 passages aux urgences, 1 400 naissances, 105 000 consultations.
Les effectifs : 1 888 professionnels dont 181 médecins.
Les deux hôpitaux couvrent un large territoire au nord de la Seine sur les communes de Colombes, Bois-Colombes, Nanterre, La Garenne-Colombes, Gennevilliers, Courbevoie, Villeneuve-la-Garenne.

   

 

Publié le 05.02.2015



1er décembre 2014 de 9h30 à 17h30 - Journée Mondiale de Lutte contre le SIDA/VIH

 

Le service de Médecine interne, Maladies infectieuses organisera le lundi 1er décembre 2014, de 9h30 à 17h30, une action d'information et de prévention dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre le sida.
Un stand d’accueil sera dressé à l'entrée de la grande galerie de l'hôpital avec distribution de brochures et de préservatifs masculins/féminins. A l’heure du déjeuner, un stand sera installé à l’entrée du self du personnel pour sensibiliser un maximum de personnes. Tout au long de la journée, les personnes volontaires pourront effectuer un dépistage sanguin du VIH au CDAG (centre de dépistage anonyme et gratuit) et des tests rapides (TROD) seront également proposés aux Urgences, en consultation de gynécologie et du côté social en collaboration avec les équipes médicales et paramédicales.

Une collation sera offerte au niveau de l’accueil (café, thé, biscuits). Venez nombreux et parlez-en autour de vous ! 

   

 

Publié le 13.11.2014

 

 

Un nouveau bâtiment hospitalier ouvre au Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers de la ville de Nanterre (CASH) de Nanterre - Inauguration le 16 octobre 2014 à 14h

 

Bâtiment Achille Hermant : un bâtiment historique entièrement rénové

 

Nommé d’après l’architecte concepteur du CASH en 1886, un bâtiment hospitalier historique est inauguré le 16 octobre 2014 après des travaux de réhabilitation majeurs afin d’accueillir des services d’hospitalisation. Ce bâtiment, d’une grande qualité énergétique et technique est amené à devenir le site principal d’hospitalisation de court séjour et de consultations du CASH.

L’opération de travaux qui s’est achevée le 9 juillet dernier a consisté à aménager deux étages pour accueillir deux nouveaux services, la chirurgie et la diabétologie. Ceux-ci étaient précédemment hébergés dans un bâtiment qui n’est plus conforme aux normes de sécurité et qui doit faire l’objet d’une démolition ou d’une reconversion prochainement.

 

Qu’est-ce que le bâtiment Achille Hermant ?


- Un bâtiment à trois niveaux, d’une surface de 9 000 m² SHON (surface hors oeuvre nette)
- Un édifice historique, dont la construction remonte à 1886, entièrement rénové.
- Un bâtiment central sur le site, entouré de jardins et situé à proximité du plateau technique, des futures urgences et du futur bureau de la clientèle.

 

Que représente cette ouverture ?


- Le regroupement de l’hospitalisation de court séjour en médecine et en chirurgie dans ce bâtiment est la première étape d’un projet vaste projet de regroupement des activités de l’hôpital. Ce bâtiment accueille à présent tous les services de médecine et de chirurgie, à l’exception de la médecine interne qui rejoindra le bâtiment en 2016 après une dernière opération de travaux, et de l’Unité de Gériatrie  Aiguë qui rejoindra le site du pôle gériatrique.
- La dernière étape sera le regroupement des consultations et des explorations de médecine et de chirurgie au rez-de-chaussée du bâtiment en 2016. Les travaux intellectuels ont d’ores et déjà commencé avec une assistance à maitrise d’ouvrage.

 

Quels étaient les objectifs de la réhabilitation ?

 

1. L’amélioration du confort hôtelier des patients et des conditions de travail des professionnels : chauffage et climatisation sont diffusés par plafond rayonnant, les patients peuvent se connecter à des bornes wifi pour avoir accès à internet, la ventilation est en double flux avec récupération d’énergie et filtration de l’air, les patients pourront régler la température de leur chambre eux-mêmes et des détecteurs de présence permettent de gérer les éclairages.
2. La mise aux normes de la sécurité électrique et incendie et la prévention de la légionellose. Un groupe électrogène protège le bâtiment en cas de coupures d’électricité du système général.
3. La performance et l’indépendance énergétique par un chauffage par pompe à chaleur et chauffage de l’eau par panneaux solaires.
4. La centralisation géographique des principaux services d’hospitalisation, des consultations et bientôt, du bureau de la clientèle.

 

Quels services accueille ce nouveau bâtiment ?

 

- Une première phase de travaux de 2009 à 2012, a permis l’installation du service de cardiologie et les consultations de diabétologie, de cardiologie et des explorations fonctionnelles.
- Une deuxième phase de 2012 à 2014 a permis de déménager le service de chirurgie les 21 et 22 août et la diabétologie, le 26 septembre.
Les opérations de déménagement se sont bien déroulées, les patients sont enchantés et les professionnels apprécient la fonctionnalité des nouveaux locaux.
- Une troisième phase du chantier consistera à regrouper sur un plateau central au rez-de-chaussée du bâtiment, les consultations et les explorations fonctionnelles, actuellement dispersées en plusieurs endroits du site.
- L’ultime phase de chantier permettra de transférer le bureau de la clientèle à proximité immédiate du bâtiment 21, afin de créer un circuit court de prise en charge administrative des patients et des consultants.

 

Le coût global de la rénovation des deux étages du bâtiment est de 20 359 805,50 €.


Pour l’année 2014, les coûts des travaux ont représenté 4 079 115 euros.

 

L’inauguration le 16 octobre:


Une inauguration formelle, avec une exposition de photographie, une cérémonie, des conférences sur des thèmes de santé publique ainsi qu’une visite des locaux neufs et une réception, se tiendra le 16 octobre 2014 de 14h à 18h.

 

 

Publié le 14.10.2014

Haut de page